Concession funéraire : le choisir entre un cimetière privé et un virtuel ?

concession funeraire

L’acquisition d’une concession funéraire émane de la volonté de garder le souvenir des défunts et avoir un emplacement où leur rendre hommages. Un tel lieu nécessite d’engager des frais lourds et des sites en ligne représentent une solution de remplacement moins coûteuses.

« Zen-Obseques.fr » explique comment obtenir un lieu de recueil afin d’honorer un décédé et quels avantages peut avoir un cimetière virtuel pour les familles endeuillées.

Il propose aussi de simuler des devis gratuits pour choisir une assurance fiable et capable de constituer un capital suffisant pour financer des funérailles.

Concession funéraire : comment avoir un cimetière privé et à quel coût ?

Les concessions funéraires font partie des éléments constituants du coût d’obsèques. Elles sont diversifiées selon les besoins des familles et les offres des mairies. En France, il est possible de les classer par :

  1. les durées des acquisitions :

    Un cimetière privé peut être acquis ou loué pour une durée fixée dès le début par la commune et le preneur. De ce fait, il existe des concessions :

    •  temporaires (de 5 à 15 ans pour un prix minimum de 350 €)
    •  trentenaire (30 années à un coût moyen de 695 €)
    •  cinquantenaire (50 ans à partir de 1740 €)
    •  perpétuelle (durée illimitée d’une valeur de 6000 € à 11000 €)

    Néanmoins, il est rare que les 4 types soient proposés. Par ailleurs, les prix élevés des concessions les plus durables nécessitent l’aide d’une assurance obsèques qui verse un capital suffisant pour budgéter les funérailles.

  2. tes types des propriétés :

    La possibilité d’inhumation dans un cimetière privé est conditionnée par le type de contrat choisi par l’acquéreur. En effet, il y a :

    •  la concession individuelle : elle a pour vocation de contenir uniquement la dépouille de l’acheteur
    •  la concession funéraire familiale : elle est réservée aux membres de la famille du propriétaire (conjoint, parent, enfants, oncle, cousin). Toutefois, il est possible qu’une personne non parente y soit inhumée si elle figure sur le testament ou le contrat.
    •  la concession collective : elle est destinée aux personnes citées sur le contrat d’achat.

La possession d’un cimetière privé, pour soi-même ou la famille entière, engage l’acquéreur et ses proches parents à entretenir la tombe, le monument funéraire, etc. Cela génère des coûts importants allant à plusieurs milliers d’euros pour les sépultures les plus luxueuses.

En cas de délabrement de la concession funéraire perpétuelle ou temporaire, la mairie peut la reprendre après dix ans de la dernière inhumation (loi L 2223-17 et R 2223-12). Les restes des défunts sont par la suite déposés dans un ossuaire public.

Pour éviter ce genre de situations, plusieurs assureurs spécialisés (Smam Obsèques, Swiss Life, Asaf Serenova, etc.) ajoutent à leurs contrats des closes pour financer l’entretien des sépultures.

Profitez des services de comparaisons d’assurances funéraires de « Zen-Obseques.fr » et dotez-vous d’un contrat obsèques fiable.

Concession funéraire : le cimetière virtuel est-t-il une solution de remplacement ?

Face aux prix élevés des concessions funéraires, la création de nouveaux concepts plus accessibles devient nécessaire. D’ailleurs, l’inventivité des spécialistes dans le secteur mortuaire engendre de nouvelles solutions qui intéressent de plus en plus de français soucieux de faire des économies sur les prix d’obsèques.

La notion du cimentaire virtuel pour chiens et chats a fait son apparition depuis des années et a démontré son efficacité. De plus, les pompes funèbres reconnaissent le potentiel commercial d’une telle invention et elles en font un nouveau produit présenté aux familles des défunts.

Avant le renouvellement d’une concession funéraire, il devient bon de réfléchir à la possibilité de profiter des prix bas d’une épitaphe avec la photo d’un défunt sur un site en ligne. Cela représente des avantages considérables par rapport à une sépulture ordinaire :

  •  possibilité de visiter et de mettre des commentaires à tout moment et de n’importe où dans le monde
  •  un espace illimité où mettre des photos souvenirs du décédé
  •  création de blog posthume pour rappeler la biographie d’un défunt
  •  messagerie privée entre les membres de la famille, etc.

Le cimetière virtuel pour humain coûte entre 50 € et 200 € et peut être maintenu indéfiniment et sans aucun entretien particulier. D’ailleurs, il existe des compagnies d’assurances funéraires qui proposent des livres d’or gratuits en ligne pour maintenir le souvenir des personnes disparues ; c’est le cas avec la Garantie Obsèques Cegema et celles de Matmut, April, etc.

Par ailleurs, tout homme a une existence numérique et les réseaux sociaux ont tendance à devenir des cimetières virtuels. Le plus grand d’entre eux compte environ 2,89 millions de profils de défunts ; soit 5 nouveaux par minute. Pour cela, il est important de vérifier si le compte est supprimé après un certain temps d’inutilisation. Dans le cas contraire, il est bon de laisser les mots de passe à une personne de confiance pour désactiver le profil définitivement.

Faites une comparaison des contrats obsèques et choisissez le plus avantageux pour épargner à votre famille les soucis financiers liés à un décès.